Loading...

jeudi 5 mai 2011

60 morts découverts à Yopougon - Une fosse commune dans le sous-quartier Yaoséhi



La Croix-rouge ivoirienne a pu ramasser mardi 3 et hier mercredi 4 mai 2011, une soixantaine de corps dans la commune de Yopougon. Ces corps découverts sont ceux de personnes tuées ces derniers jours dans la commune la plus vaste du pays, dans les combats opposant les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) aux miliciens. « Nous avons aperçu de nombreux morts. Nous avons ramassé 40 corps sur une période de deux heures, avant d`être obligés d`arrêter faute de place dans notre fourgon », a déclaré à Reuters un responsable de l`équipe d`enlèvement des corps de la Croix-Rouge ivoirienne pour Yopougon, Franck Kodjo, ajoutant que cinq corps au moins relevaient des combats de mardi. Il a expliqué que certains corps parmi ceux qui ont été enlevés étaient en état de putréfaction, le signe qu’ils étaient décédés depuis plusieurs jours. « Certains de ces corps étaient en état de putréfaction, ils étaient décédés depuis plusieurs jours », a-t-il indiqué. Mardi, la Croix-Rouge ivoirienne avait pu ramasser 40 corps, les 20 autres, ont témoigné des journalistes de l’AFP, ont été découverts et enlevés hier mercredi dans la mi-journée. Les derniers corps retrouvés étaient pour certains réduits à l’état de squelette après avoir été calcinés. D’autres corps, plus frais, avaient visiblement été tués très récemment. Yopougon a vécu des moments terribles avec les combats de lundi, mardi et mercredi derniers, quelques jours après le lancement du désarmement des miliciens et mercenaires libériens qui tenaient jusqu’au week-end dernier, au moins les 3/4 de cette vaste commune. De nombreux morts avaient été annoncés par des habitants, témoins de ces combats. Hier, des informations persistantes faisaient état de la découverte d’une fosse commune dans le sous-quartier de Yaoséhi, à une centaine de mètres du commissariat du 16ème Arrondissement. Les quartiers Nouveau Quartier, Toit rouge, Camp militaire, Koweït et Abobo-doumé avaient été attaqués simultanément par les forces d’Alassane Ouattara, appuyées comme cela a été le cas pour l’attaque du palais et de la résidence présidentielle, par l’ONUCI et la force française Licorne. Yopougon est le dernier quartier d’Abidjan et la dernière commune du pays qui échappait encore au contrôle des forces d’Alassane Ouattara. Les derniers combats ont eu lieu, selon des sources dans ce quartier à la base navale, au bord de la lagune Ebrié, au sud-est de Yopougon.

Hervé KPODION

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire